Pourquoi une suspension de permis augmente votre assurance auto

26/02/2018
Posted in Assurance
26/02/2018 Sabrina

Comment une suspension pour alcool affectera vos assurances automobile?

Passer une soirée agréable entre amis autour d’un verre est une bonne chose mais attention à prendre le volant juste après. Il est toujours avisé de ne pas se mettre derrière le volant après quelques verres car c’est la sécurité du conducteur, des passagers mais aussi des autres utilisateurs de la route qui est en jeu.

D’ailleurs les agents de la police sont à l’afflux des conducteurs irresponsables, il faut dire qu’entre 4 000 et 5000 conducteurs ont dû faire usage de l’ivressomètre et ont dépassé la limite légale de 80 ml d’alcool/ 100 ml de sang. Dès qu’il y a infraction du code de la route, l’assurance auto est affectée et c’est le rôle qu’assume Assurances Multi-Risques en conseillant les automobilistes à ce sujet surtout qu’avec quelques infractions leurs primes auto risquent de flamber voire pire.

Conséquences de la conduite en état d’ivresse avec suspension du permis

Dès que le conducteur est arrêté pour conduite en état d’ivresse ou sous l’influence de drogues, son permis est suspendu administrativement pour une durée de trois mois en général. Un procès aura lieu par la suite devant la cour criminelle et si l’automobiliste est jugé coupable, son permis sera révoqué ou suspendu. La décision de la suspension et sa durée qui varie entre 12 et 60 mois, revient au juge qui se prononce dans les cas de conduite avec des facultés affaiblies. La durée dépend fortement des cas de récidive et du taux d’alcoolémie dépassant le double de la limite légale. Il serait donc plus avisé de s’éviter tous ces tracas en s’abstenant de conduire sous l’influence de la drogue et de l’alcool. Mais si jamais il y a eu suspension de permis pour conduite en état d’ébriété, il vaut mieux entrer en contact avec un avocat de droit criminel.

Alerter l’assureur en cas de suspension de permis de conduire

La conduite sous l’influence de l’alcool est un délit qui entraine non seulement la suspension de permis de conduite mais qui peut impacter l’assurance auto pour cause d’aggravation de risque. Et il est primordial d’aviser son assureur dans ce cas-là. Il faut distinguer cette situation avec l’infraction tolérance zéro qui est pénalisée par quatre points d’inaptitude et la suspension du permis de conduire pour une période de trois mois. Selon les cas, des assureurs peuvent être indulgents et proposeront toujours une couverture pour l’assuré en l’absence de condamnation. Alors que d’autres lui accorderont un délai d’un mois pour trouver un nouvel assureur.

L’augmentation de l’assurance auto après une suspension de permis pour consommation d’alcool

La conduite en état d’ébriété est très dangereuse et entraine généralement la suspension de permis sans oublier les frais supplémentaires à assumer entre autres désagréments. A la suite de cet incident il est très fréquent que les assureurs procèdent à la résiliation du contrat d’assurance car l’automobiliste présente plus de risques.

Mais le plus important est de ne pas être tenté de cacher ce fait à son assureur au risque d’aggraver son cas. En effet toute déclaration fausse ou incomplète entraine le risque de ne pas être indemnisé en cas de sinistre. Surtout que les compagnies d’assurance auto peuvent à tout moment consulter le dossier d’un client auprès de la SAAQ. En cas de souci il vaut mieux solliciter les services d’un courtier indépendant spécialisé dans les situations de suspensions de permis de conduire. Il aura la possibilité de vérifier les meilleurs tarifs et de mieux conseiller l’assuré.
Ce professionnel peut intervenir pour exiger la preuve de l’installation de l’ivressomètre ou de l’éthylométrique en vue de bénéficier des meilleures garanties pour assurer l’automobiliste. Il faut retenir que la suspension de permis à cause de la consommation d’’alcool reste fichée dans le dossier de l’automobiliste pendant une dizaine d’année. Les assureurs de leur côté peuvent exiger des primes très élevées pendant les années qui suivent la condamnation suite à une présence de plus de 80 mg d’alcool dans le sang du conducteur ou pour conduite avec des facultés affaiblies. Ceci dit, il est possible de bénéficier d’une réassurance au bout de 3 ans.

Commettre des erreurs c’est humain, mais il est important d’apprendre sa leçon et de ne pas aggraver sa situation. En cas de besoin il est possible de contacter un courtier indépendant pour avoir son avis et son aide en matière d’assurance. Mais le plus important est de ne jamais prendre le volant en état d’ébriété, il serait plus judicieux de faire appel à un service de raccompagnement ou solliciter l’assistance d’un ami.